Veuillez patienter s'il vous plait...

La fabrication de la chaussure

Avant-propos

Les étapes

Depuis toujours, la chaussure habille le pied pour l’indispensable protection contre les intempéries et les reliefs. Ce produit restera longtemps un accessoire vestimentaire qui devra «séduire» avant de chausser.
L’industrie de la chaussure, malgrés la mécanisation reste une industrie de main-d’oeuvre, 150 opérations sont nécéssaires pour fabriquer une paire de chaussures.
Nous allons ensuite découvrir différentes techniques avec le soudé, le cousu goodyear et l’injecté direct.

  • Création : Au départ il y a «le style», de nombreuses esquisses et ébauches sont réalisées selon les tendances de la mode. Deux collections annuelles (été-hiver) sont lancées selon les lignes, les coloris, les matières et les accessoires choisis.

  • Modélisation : La forme est réalisée selon la ligne de style dans la pointure échantillon. Les lignes de chaque esquisse, sont reportées sur la forme et mises à plat pour obtenir le patron-plan. Laa CAO (Conception Assistée par Ordinateur) permet d’effectuer ces opérations trés rapidement.

  • Patronage : Quelle que soit la méthode utilisée, cette opération consiste à déterminer le contour définitif des différentes pièces de la tige du modèle «échantillon» en vue de sa fabrication industrielle.

  • Séries : Les pièces du modèle sont déclinées dans des différentes pointures consistant la série. Par exemple, à partir du 41 on obtient les pointures du 39 au 46.

  • Coupe : Qu’il s’agisse de la coupe «main» ou à «temporte-pièce», de la découpe au «laser» ou au «jet d’eau», les pièces sont découpées dans des matières sélectionnées, cuir, textiles...

  • Préparation piquage : Des opérations comme le parage, le rempliage, le perforage etc... sont effectuées sur les différentes pièces du dessus de la chaussure.

  • Piquage : pour constituer la tige, les pièces sont assemblées par une piqûre. A ce poste, sont aussi effectuéesles piqûres décoratives.

  • Broche préparation : On réalise les élèments du semelage, première de montage, semelle, talon etc..., à partir du gabarit du dessous de la forme.

Les types de fabrication

Le soudé

Fabrication dans laquele la semelle est ficée par collage sur une tige montée à la semence ou à la colle.

  • Montage : Au montage, la première de montage, clé de voûte de la chaussure, est positionnée sur la forme. La tige est plaquée sur la forme et l’excédent de matière est rabattu sur la première de montage par collage. C’est une opération mécanisée.

  • Montage : Au niveau du talon, l’assemblage de la tige avec la première de montage est renforcé par 22 jointes en acier. L’opération est mécanisée, toutes les pointes sont enfoncées et rivetées en même temps.

  • Encollage : Le dessous de la chaussure et la semelle sont préalablement encollés.

  • Affichage : La semelle est positionnée manuellement sur le dessous de la chaussure

  • Soudage : La semelle est «soudée» à la chaussure par une forte pression exercée par dessus, c’est une opération mécanisée.

  • Bichonnage : La chaussure est nettoyée et bichonnée ; cirage, polish... La première de propreté, les lacets et les étiquettes de marque sont posés.

  • Mise en boîte : La chaussure est controlée puis conditionnée pour la vente.

Le cousu Goodyear

La fabrication réalisée manuellement à l’origine et mécanisée actuellement consistant à coudre la trépointe sur le mur.

  • La trépointe : elle est l’élément valorisant de cette fabrication. Elle permet la liaison entre la tige, la première de montage et la semelle.

  • Couture Goodyear : La trépointe, la tige et le mur de la première de montage sont assemblés par une piqûre, invisible une fois la chaussure terminée. C’est le cousu GOODYEAR, du nom de l’inventeur de la machine.

  • Garnissage : Aprés la pose du cambrion (bois ou métal), on égalise le dessous de la chaussure avec un mélange de liège et de colle ou d’une mousse.

  • Affichage semelle : La semelle est pisitionnée sur le dessous de la chaussure et soudée. Les deux parties en contact ont été préalablement encollées.

  • Pose talon : Le talon est collé puis cloué sur la semelle.

  • Couture petit point : La semelle est définitivement assemblée à la trépointe par une piqûre dite «petit point». cette couture est visible une fois la chaussure terminée.

L'injecté direct

Introduction par pression dans un moule de divers produits.

La première de montage est assemblée à la tige par une piqûre de surjet dite strobel du nom de l’inventeur de la machine. La tige est enfilée sur le moule mâle. Le polymètre fluidifié par chauffage est injecté, sous pression, dans le moule de la semelle maintenu contre la tige. Le démoulage a lieu aprés un temps de refroidissement.

Composition de la chaussure

 Montage chaussure